Côtes de Provence

Œnotourisme -  Vin & Provence - Escapades gourmandes  - Escapades natures


Côtes de Provence


La viticulture en Provence

La région viticole des Côtes de Provence a été déclarée région « d’Appellation d'Origine Contrôlée » le 24 Octobre 1977. Elle est de loin la plus grande région AOC du sud de la France. Environ 20 000 hectares font partie de l’AOC, la zone s'étend sur les départements du Var, des Alpes-Maritimes et des Bouches-du-Rhône. La plupart des vignobles se trouvent dans le Var, sur la côte méditerranéenne et sur le nord du Massif des Maures. Ici, au cœur de la Provence et aux alentours de Vidauban, vous trouverez le Domaine des Féraud. A l’Ouest se trouvent les appellations Coteaux d’Aix-en-Provence, Coteaux Varois en Provence et Palette. Sur la côte méditerranéenne, à l’Est de Marseille, on trouve les petites appellations de Cassis et Bandol et puis près de Nice, l’appellation de Bellet.

Près de 80% de la production des Côtes de Provence correspond à du vin rosé. Avec environ 150 millions de bouteilles, la Provence est de loin le plus grand producteur de vins rosés en France ce qui représente 40% de la production française et 6% de la production mondiale. 10% de la production de vin en Provence est pour les vins rouges et 5% pour les vins blancs.

Sur les 24 grands crus classés de Provence depuis 1955, 14 d’entre eux sont situés dans la région viticole des Côtes de Provence (« Crus des Côtes de Provence »)


Sols et climats

La viticulture dans la région des Côtes de Provence bénéficie de la douceur du climat maritime. Le turbulent mistral qui souffle près de 150 jours par an, fournit régulièrement de l’air sec provenant de l’intérieur des terres. Le faible taux d'humidité favorise ainsi la bonne santé des vignes et garde à distance les maladies. Le mistral souffle également sur les nuages permettant ainsi au soleil de briller plus de 3000 heures par an, un record en France ! Les sols généralement rocailleux de cette région viticole sont capables de stocker cette chaleur de façon optimale.

La moyenne des précipitations de 600 mm se répartie entre l’automne et le printemps pour permettre une bonne régénération des vignes en hiver et une croissance des plantes au printemps. Les vignes bénéficient d'une floraison précoce et d’un été chaud, ce qui assure une parfaite maturation des baies. C'est pour cette raison que la récolte commence dès fin Août/début Septembre. La chaptalisation (sucrage) du moût est non seulement interdite, elle est pour les vignerons de Provence, un mot profane.

Les vignes de l'appellation Côtes de Provence poussent généralement sur des sols pierreux, maigres et bien drainés, des conditions donc idéales pour produire de bons vins. Cela dit, on distingue deux types de sols fondamentalement différents : les sols calcaires dans le nord et les très vieux massifs de roche de schiste dans le Sud, près de la mer. Au regard des conditions géologiques et géographiques, il existe des terroirs différents au cœur de l’appellation des Côtes de Provence. Des sols calcaires sur les pentes des hauts plateaux et dans le « Bassin du Beausset » ; des pierres rouges, des sols argileux et sableux datant du paléozoïque (il y a environ 60 à 80 millions d’années) dans le cristallin massif des Maures ; granit et sol en ardoise dans le massif rocheux des Maures et jusqu’à la côte ; des sols argileux dans la zone de production de la montagne Sainte-Victoire.


Weinstock-close-271-x-380_web

Les conditions d’attribution de l’appellation Côtes de Provence

Les rosés et rouges des Côtes de Provence – à la fois soumis aux mêmes règles – sont en principe des « cuvées » (mélanges). Cela signifie que différentes variétés de raisins sont soit pressées ou fermentées ensemble ou bien que le produit final de différentes variétés est mélangé ensemble. La composition des cuvées (cuve = fermenteur) est appelée « assemblage » en France. Cette procédure relativement rare en Allemagne, en Autriche et en Suisse est utilisée cependant dans les régions productrices au climat plus chaud afin de produire des vins de grande qualité à partir de mélanges de variétés aux caractéristiques différentes.
Une cuvée « optimale » aura donc meilleur goût que chacune de ses variétés propres. Les vins de Bourgogne et de Bordeaux, de Toscane ou de la région du Rioja sont comme les vins de Provence, des mélanges ou des « cuvées ». La production du Châteauneuf-du-Pape peut nécessiter jusqu’à 13 cépages différents.

Une grande variété de cépages est autorisée pour les vins rosés et rouges AOC. Les cépages principaux sont le Cinsault, le Grenache, le Mourvèdre, le Syrah et le Tibouren. Au moins deux de ces variétés doivent toujours être utilisées. Depuis 2005, la part des principales variétés dans le mélange doit être au moins de 70%, ce chiffre passera à 80% à partir de 2015. La part d’un seul cépage principal ne doit pas dépasser 90%. Les variétés approuvées en tant que « cépages secondaires » avec une part maximale de 40% sont le Barbaroux, le Calitor, le Carignan et le Cabernet Sauvignon. Les cépages Barbaroux et Calitor n’ont cependant pas été plantés depuis 1995 et sont progressivement remplacés par des variétés supérieures.

Un maximum de 10% des cépages blancs est autorisé dans la composition des rosés et des rouges. Ce sont ceux utilisés pour les vins blancs des Côtes de Provence : Clairette, Sémillon, Ugni Blanc et Rolle (Vermentino). Les rendements sont limités à un maximum de 55 hectolitres par hectare. Calculé à partir de la zone de terrain nécessaire pour la vigne – maximum de 2,5 m2 – il y a un maximum de 4000 pieds de vigne par hectare.

En savoir plus sur l´oenotourism:
Accueil & AgendaVin & Provence - Escapades gourmandes  - Escapades natures


Vous aimez nos vins? Heureux de partager!

Les commentaires sont fermés.

Domaine des Féraud

Domaine des Féraud – Rosé, vin blanc et vin rouge de Provence

0

Votre panier